Région de l'Oriental

La Région bruxelloise et l'Oriental démarrent leur coopération10/09/2019

1ère réunion du Comité de Pilotage institué par le Protocole d’Accord de Coopération et de Partenariat entre la Région de l’Oriental, l’Agence pour la Promotion et le Développement Economique et Social de la Préfecture et des Provinces de la Région Orientale du Royaume et la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale, signé à Saïdia le 25 mars 2019

En exécution des Accords de coopération signés le 26 octobre 1999 par le Gouvernement du Royaume du Maroc et par les Gouvernements de la Région wallonne et de la Communauté française Wallonie-Bruxelles et le 16 juillet 2002 par le Gouvernement du Royaume du Maroc et le Collège de la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale, et de la 7ème session de la Commission Mixte Permanente qui s’est tenue à Bruxelles du 27 au 29 novembre 2017, la 1ère réunion du Comité de Pilotage a été organisée à Bruxelles ce 6 septembre 2019.

Dans la mesure où la grande majorité des marocains ayant migré dans les années 60 en Belgique proviennent de la région de l’Oriental, le choix de mener prioritairement des projets de coopération internationale avec cette dernière a rapidement rencontré l’assentiment des différentes délégations ministérielles de la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale qui s’y sont rendues. Plusieurs visites de travail ont été menées entre 2014 et 2018 afin de dégager des pistes de coopération et d’arrêter des axes thématiques de partenariat en lien avec les priorités gouvernementales des deux Parties.

Le Royaume du Maroc considère que les générations issues des premiers migrants installés en Europe ont développé des compétences dans les domaines scientifiques, économiques et culturels très importantes et qu’ils peuvent donc jouer un rôle de traits d’union entre les régions du nord et les régions du sud de la méditerranée. Ils se positionnent ainsi comme des acteurs idéaux de co-développement entre leur région d’origine et leur région d’adoption.

Cette approche est en parfaite cohérence avec ce qui est défendu par le Gouvernement de la Commission communautaire française qui, dans le cadre de ses relations internationales, encourage les migrants qualifiés résidant à Bruxelles à mettre leur expertise à la disposition de leur pays d’origine.

En Région bruxelloise, la pratique partenariale avec le tissu associatif s’est développée depuis de longues années et les pouvoirs publics confient à des structures associatives dans des secteurs aussi divers que la santé, l’aide aux personnes ou la formation professionnelle des missions d’intérêt général et ce, par le biais d’une procédure d’agrément.

Le Maroc intègre, aujourd’hui, dans ses stratégies, la pratique partenariale comme un levier de développement de coopération.

En 2015, avec l’adoption de la loi marocaine sur la régionalisation avancée, le Conseil régional de l’Oriental est apparu comme un partenaire incontournable et de nouvelles négociations ont été entamées afin d’élargir le cadre institutionnel de ce protocole de coopération.

Le 26 octobre 2017, le Gouvernement francophone bruxellois a approuvé le principe de la signature d’un protocole d’accord de coopération et de partenariat entre la Région de l’Oriental, l’Agence pour la Promotion et le Développement Economique et Social de la Préfecture et des Provinces de la Région de l’Orientale du Royaume et la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale.

La volonté de signer ce protocole a été réaffirmée lors de la tenue, du 27 au 29 novembre 2017 à Bruxelles, de la VIIème session de la Commission mixte permanente instituée par les accords de coopération signés le 26 octobre 1999 entre le Gouvernement marocain et les Gouvernements de la Région wallonne et de la Communauté française et l’accord de coopération signé le 16 juillet 2002 entre le Gouvernement marocain et le Collège de la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale.

Le protocole est signé à Saïdia le 25 mars 2019 lors de la tenue du IIème Forum international de coopération et des partenaires locaux organisé par le Conseil régional de l’Oriental.

Le protocole offre un cadre à la coopération bilatérale entre divers partenaires (administrations, tissu associatif et coopératif,…) de la région bruxelloise et de la région de l’Oriental dans les domaines suivants :

  • La mixité sociale, culturelle et l’approche de genre
  • Les activités génératrices de revenu et de l’économie sociale et solidaire
  • La parentalité et l’accrochage scolaire
  • L’accueil aux primo-arrivants

En suivi de la Commission mixte permanente de novembre 2017 et dans l’attente de la signature du protocole, un appel à projets a été lancé en Région bruxelloise en février et mars 2018 afin de lancer les premières pistes de coopération.

Des missions exploratoires ont été menées dans la Région de l’Oriental entre mars 2018 et mars 2019 par des opérateurs bruxellois afin d’identifier des partenaires potentiels. Ces derniers doivent encore recevoir la validation des Autorités de la Région de l’Oriental (CRO et ADO) dans le cadre du Comité de pilotage.

7 projets ont été déposés lors de l’appel à projets de 2018 :

PROJET 1 : Soutien au préscolaire et création de ludothèques dans la région de l’Oriental

PROJET 2 : Appui à l’autonomisation économique des femmes par la création d’un gîte touristique dans le monde rural – Projet pilote à Hassi Berkane

PROJET 3 : Création d’un groupe de soutien en pratiques préventives et restauratives en milieu associatif ou scolaire

PROJET 4 : Création d’une filière chocolaterie

PROJET 5 : Soutien à la formation professionnelle et à l’entreprenariat des jeunes et des femmes

PROJET 6 : Renforcement des capacités entrepreneuriales des femmes dans les quartiers vulnérables et en milieu rural

PROJET 7 : Soutien et accompagnement pour la mise en œuvre de leurs entreprises commerciales ou de leurs coopératives dans le cadre du projet de la plateforme des produits du terroir de l’Oriental.

Ce sont 17 missions au Maroc ou à Bruxelles qui sont prévues pour cette année 2019 et les moyens prévus pour les années 2020, 2021 et 2022 seront précisés lors des futurs comité de pilotage.