La réalisatrice belge Marion Hänsel, présidente du jury du FIFFS 16-09-2019 - 21-09-2019

Pour sa 13ème édition, le Festival International du Film de femmes de Salé reçoit une grande dame du cinéma belge francophone. La réalisatrice et productrice Marion Hänsel présidera le jury. 

Le FIFFS est connu des slaoui et rbati pour être un Festival qui célèbre “le cinéma au féminin”, et présente des regards croisés de femmes et d’hommes, à travers leurs films et leurs performances artistiques, concernant les univers et les sensibilités féminines.

Placé sous le Haut Patronage de SA Majesté le Roi Mohammed VI, le FIFFS organisera du 16 au 21 septembre 2019 dans l'ancienne ville corsaire une compétition officielle de films de long métrage de fiction traitant de la thématique de la femme, une compétition officielle documentaire, consacrée à la lutte des femmes pour l’égalité et contre toute forme de discrimination, plusieurs Regards consacrés aux jeunes réalisatrices marocaines ainsi qu'aux classiques du cinéma africain et arabe au féminin, à travers des films ayant contribué au devenir de l’Afrique et du monde arabe, ainsi qu'un hommage au cinéma Tunisien, invité d’honneur du festival.

Cette année, le jury composée de 7 réalisatrices, actrices et critiques de cinéma aura la lourde tâche de départager 12 films de fiction en provenance du Maroc, Chine, Allemange, Russie, USA, France ou encore Italie.

Marion Hänsel est née en 1949 à Marseillle et a grandi à Anvers. Elle monte sa propre société de productions « Man’s Films » en 1977 pour réaliser son premier court-métrage « Equilibres ». « Le Lit » est son premier long-métrage. Elle a également produit les 12 films qu’elle a réalisés, e.a. « Dust » ; « Between the Devil and the Depp Blue Sea », « Si le vent soulève les sables », « Noir Océan » et le dernier en date « En Amont du fleuve ». Elle a gagné de nombreux prix internationaux. Marion Hansel a aussi produit et co-produit plus de 10 longs-métrages de fiction ou documentaires d’autres réalisateurs (« No Man’s Land », « Trouw met mij » …) Des rétrospectives de son travail sont régulièrement organisées dans le monde entier. Elle est régulièrement membre de jury de festivals internationaux de cinéma.

Présentation de Marion Hänsel

De nationalité belge, Marion Hänsel est née le 12 février 1949 à Marseille (Bouches-du-Rhône, France). Auteure-réalisatrice, productrice et comédienne, elle s’est produite dans divers théâtres d’avant-garde bruxellois avant d’entamer une carrière de réalisatrice de courts et de longs métrages. Autodidacte et volontaire, Marion Hänsel exporte la Belgique au quatre coins du continent. Élue « Femme de l’année » en Belgique en 1987, elle fait partie de cette génération de réalisateurs qui ont permis d’universaliser le cinéma belge en abordant des sujets touchant l’inconscient de tous les peuples.

Marion Hänsel a grandi à Anvers. La réalisation n’est pas une vocation pour Marion qui envisage plutôt de devenir comédienne. Très tôt, elle se passionne pour le théâtre et entre, en 1967, à l’Institut des Arts de Diffusion (IAD). Mais le type d’enseignement, composé d’une multitude de cours théoriques, ne lui convient pas. Elle passe alors une audition au Théâtre des Galeries et au Théâtre des Quatre Sous et apprend le métier sur le tas, en jouant. Pour se rapprocher du cinéma, elle part ensuite à New York pour suivre les stages de l’Actor’s Studio de Lee Strasberg. De retour en Europe, elle entre à l’Ecole du Cirque d’Annie Fratellini à Paris. Elle écrit alors « Équilibres », un court métrage qui lui permettra de faire ses gammes de réalisatrice.

Elle crée sa société Man’s Films en 1977, dans le but de réaliser ce court-métrage. En 1982, Marion Hänsel réalise son premier long métrage, « Le lit », d’après un roman de Dominique Rollin. Ce film grave, fort, dur, maîtrisé et empli d’émotion ne remporte pas un énorme succès commercial, mais est couronné par le Prix Cavens, meilleur film belge. En 1983, naît son fils Jan. Marion deux ans plus tard, adapte « Dust », le roman du Sud-Africain J.M. Coetzee qui gagnera le Prix Nobel de Littérature en 2003. Le film, dont les personnages principaux sont interprétés par Trevor Howard et Jane Birkin, obtient le Lion d’argent à Venise (premier film belge couronné à ce Festival) et remporte un succès international. En 1987, elle réalise « Les Noces barbares », une adaptation de l’ouvrage de Yann Queffelec, prix Goncourt 1985. La même année, Marion Hänsel est élue « Femme belge de l’année » et devient Présidente de la Commission de Sélection des Films de la Communauté française de Belgique, une fonction qu’elle quitte rapidement pour y revenir entre 1996 et 1997 et en 2002.

Ensuite viennent « Il Maestro » en 1989, « Sur la terre comme au ciel » en 1991, « Between the Devil and the Deep Blue Sea » en 1995 (sélectionné en compétition officielle au Festival de Cannes), « The Quarry » en 1998, Grand prix des Amériques à Montréal, ou encore « Nuages: lettres à mon fils » en 2001. Ce dernier, véritable ode à la terre et à la vie, comporte une profonde dimension écologique. En 2006, elle réalise un film tourné dans les déserts de Djibouti « Si le vent soulève les sables ». Le film a participé à plus de 50 festivals et a remporté une vingtaine de prix. En 2010, c’est « Noir Océan » adapté de deux nouvelles d’Hubert Mingarelli et qui se passe sur un navire de la Marine française dans le Pacifique. « La Tendresse » (2013) est un road-movie et comme son titre l’indique, un feel good movie. Le duo Marilyne Canto/Olivier Gourmet est lumineux.

Contact: 
ass.bouregreg@hotmail.fr
Adresse: 
Association Bouregreg Rue Oued Eddahab Elmanzah 3153 Bettana-Salé